VALENTIN VANDER

NOUVEL ALBUM : Mon étrangère

L’univers de Valentin Vander est un véritable champ d’expérimentations entre introspection mélancolique et panache pop. « So frenchy ! », pourraient instantanément s’exclamer les anglo-saxons, à l’écoute de ce deuxième album chatoyant. Mais le cahier des charges musical de Mon Étrangère s’avère plus complexe que cela…

L’auteur-compositeur-interprète, élevé dans une famille de musiciens, use d’armes de séduction massive tout au long de ce nouveau chapitre. Entre espièglerie, profondeur et constat éclairé sur les relations sentimentales qui lient les êtres, il insuffle une couleur mélodique qui capte dès la première écoute. On trouve alors, au gré des chansons qui jalonnent l’album, ce petit quelque chose d’unique dans sa personnalité joliment désabusée qui n’oublie jamais d’opter pour la dérision. Ici, les émotions priment et semblent inédites, comme si la mélancolie avait embrassé une forme de légèreté.



LOIC LANTOINE

en duo avec François Pierron

Loïc Lantoine a les mots agrippés à l’émotion vive. C’est un poète facétieux, un gars du coin de la rue avec l’amour en poche et des blessures plein les yeux.

En duo avec François Pierron, l’artiste nous invite dans son univers où la poésie se mêle à l’ordinaire. Lantoine fait tanguer la langue, chavirer la rime et culbuter les strophes. Le chantre de la « chanson pas chantée » a baroudé de bars en gites, de clubs en bouges avec une inaltérable constance. Après toutes ces années, on le retrouve toujours capable d’émouvoir en rugissant et de chambouler son public plus sûrement qu’un grand huit.

Loïc Lantoine : Chant

François Pierron : Contrebasse